Société

En 2050, la terre sera 3 fois trop petite pour satisfaire la demande en ressources mondiales

le 29 novembre 2016


Près de 2,8 planètes en 2050 seront nécessaires pour satisfaire la croissance de la demande en ressources mondiales, qui pourrait progresser déjà de 33% entre 2010 et 2030 pour l’énergie, de 30% pour les aliments et 41% pour l’eau, et ce pour un produit intérieur brut (PIB) en termes réels, en évolution de 90%, selon un rapport publié récemment par l’institut Royal des Études stratégiques (IRES).

Les perspectives d’évolution de l’empreinte écologique d’ici 2050 font état d’un accroissement de 55% de la demande mondiale en eau, en raison de la hausse de la population et de l’intensification des activités humaines, alors que la baisse du volume d’eau pourrait atteindre 66%, indique le rapport stratégique 2017 intitulé « Panorama du Maroc dans le monde: les enjeux planétaires de la biosphère ».

Ces perspectives relèvent aussi une perte de 10% de la biodiversité mondiale par rapport à 2014, notamment en Asie, en Europe et en Afrique centrale, ainsi qu’une diminution de 289 millions d’hectares de surfaces de forêts tropicales, soit l’équivalent de la surface de l’Inde, avertit le rapport, précisant que d’ici 2025, la moitié des terres irriguées perdront leur productivité à cause de la salinisation, tandis que l’eau et les terres disponibles seraient insuffisantes pour nourrir la population mondiale d’ici 2030.

La destruction des écosystèmes aquatiques pourrait se poursuivre, et l’Asie, l’Afrique et l’Amérique du Sud seraient les plus affectées, selon le document qui note qu’une augmentation de 20% du nombre des lacs touchés par la prolifération d’algues nocives est prévue à l’horizon 2050 par rapport à 2000.

La forêt primaire du bassin du Congo et 40% de la forêt amazonienne pourraient disparaître d’ici 2050, et celles se situant en Amérique du Sud, en Russie, au canada, en Asie du Sud-Est et en Afrique sont les plus menacées.

La quantité de plastique présent dans les océans serait multipliée par 5 entre 2014 et 2050, fait savoir la même source, expliquant que le rapport en masse entre les déchets plastiques et les poissons serait de l’unité. En 2015, l’IRES a lancé une nouvelle série de rapports stratégiques, intitulés « Panorama du Maroc dans le monde », qui s’assignent pour objectif de présenter une situation donnée dans sa globalité afin de mieux cerner les enjeux systématiques.

Le premier panorama a été relatif aux transitions majeures et leurs impacts sur le Maroc (2015), le second a été dédié aux relations internationales du Royaume (2016), tandis que le troisième est consacré aux questions cruciales du changement climatique et de l’empreinte écologique, notamment les enjeux planétaires de la biosphère.

LNT avec Map

POUR ALLER PLUS LOIN