Valider
La Nouvelle Tribune

La Nouvelle Tribune

Abonnez-vous

Offre exclusive digitale à 300 DHS

Je m'abonne
Menu La Nouvelle Tribune
Abonnez-vousRechercher
FacebookTwitter

Naviguez entre les articles de la même catégorie en balayant vers la droite ou vers la gauche

Securisk Africa Forum : La gestion des risques essentielle pour l'entreprise 0

28/02/16 publié par SB

La ville de Casablanca a abrité les 24 et 25 février derniers le « Securisk Africa Forum », axé sur le thème « Les nouvelles technologies et Risk Management en Afrique ».
Cette deuxième édition, organisée par l’agence de communication «Interworld », a réuni un grand nombre d’experts, des hauts responsables en gestion des risques ainsi que des chefs d’entreprises nationaux et internationaux.
Tout un bouquet de thématiques a été débattu courant ces deux journées, notamment le rôle du « Risk Manager », la cartographie des risques, la cybercriminalité….

M. Gilbert Canameras, président de l’association pour le management des risques et des assurances de l’entreprises, s’est focalisé sur l’explication du rôle du «Risk Manager » dans le développement des entreprises.

« Aujourd’hui, nous assistons à l’émergence de plusieurs catégories de risques devenus interconnectés, notamment les risques liés aux catastrophes naturelles, les violences politiques ainsi que le cyber risque. Alors que l’entreprise qui est considérée comme une unité de production est en mesure de prendre différents risques, de les maitriser afin de pouvoir avancer», a fait savoir M. Canameras.

La gestion des risques, quant à elle, protège et développe l’entreprise à travers la sécurisation des flux, l’assurance de la continuité des activités en cas de crise ainsi que l’amélioration de la performance.

M. Canameras a expliqué que les risques internes et externes ont un grand impact sur la réputation de l’entreprise, un élément essentiel qui permet de préserver sa valeur et de favoriser l’atteinte des différents objectifs prédéterminés.

Pour sa part, le « Risk Manager » a un rôle clé au sein de l’entreprise ; il a pour mission de définir le système de gestion des risques, de mettre en place une méthodologie adaptée. Il fait des reporting et procède aussi à la promotion de la culture du « Risk Management ». De ce fait réussir une politique de gestion des risques nécessite la contribution des collaborateurs comme du « Risk Manager ».

« La gestion des risques est l’affaire de tous », a déclaré d’emblée M. Jean Aymon Massie, président de l’association Française de gouvernement d’entreprise, qui pour sa part s’est intéressé à la présentation de la cartographie des risques pour l’année 2016, laquelle permet de recenser les risques majeurs d’une entreprise et de les présenter d’une façon synthétique sous une forme hiérarchisée.

M. Massie a souligné que l’année 2016 sera terrible à cause notamment des changements d’environnement auxquels fait face l’entreprise.

Le « Risk Management » en environnement bancaire était la thématique de l’intervention de M. Adil Ouazzani, Head of « Risk Management systems » au groupe Attijariwafa bank, qui dans son intervention a explicité la démarche de gestion des risques adoptée par le groupe, commençant par l’identification des risques, puis leur mesure, analyse et pilotage, avant d’ajouter que l’adoption des diapositives bâloises est considérée comme un élément axial de la gestion des risques pour Attijariwafa bank.

Pour sa part, M. Karim El Hnot, directeur général de Sogécapital, a mis l’accent sur la gestion des risques en « Asset Management » dans sa présentation. M. El Hnot a détaillé les différentes familles des risques : risques de gouvernance, opérationnels et d’investissement. Il s’est ensuite attardé sur l’explication du rôle de l’« Asset Manager » dans une entreprise, qui consiste en la gestion des fonds et des risques de la société de gestion elle-même. L’« Asset manager » doit être complètement indépendant et expérimenté afin de pouvoir mieux accomplir ses missions.
M. El Hnot a partagé avec le public présent l’exemple de JP Morgan et la baleine de Londres d’où ressortent plusieurs conclusions.

«Chaque jour on assiste à la naissance de nouveaux risques qui changent selon le contexte et la conjoncture, de ce fait il est important de construire un plan de sécurité afin de mieux protéger les entreprises », a déclaré M. Stephane Rosenwald.

De son côté, M. Salah Baina, enseignant chercheur à l’Ensias, s’est intéressé aux nouvelles technologies et menaces de l’année 2016, et notamment la cybercriminalité. Cette dernière a fini l’année 2014 avec des chiffres alarmants, dont 16 vols d’identité enregistrés chaque seconde, alors que 1/3 des victimes sont attaquées via les réseaux sociaux.

Enfin, une étude de cas a été présentée par M. Stephane Rosenwald à l’audience, afin de la faire interagir au sujet de la gestion des risques, qui reste d’une importance capitale, et permet d’assurer la pérennité des entreprises, surtout dans un environnement très instable.

Souhir Benkirane