l’artisanat-marocain
Économie et Finance

L’artisanat marocain voit grand sur le marché américain

le 4 février 2016


Fort de sa diversité, de sa richesse et de sa qualité authentique, l’artisanat marocain est sans doute promis à un bel avenir sur le marché américain, tirant profit d’une abondance d’opportunités et d’une dynamique renouvelée des échanges commerciaux entre les deux pays.

Tel est le constat dressé par des responsables et opérateurs marocains et américains à l’occasion du Salon des professionnels du monde de la maison, du cadeau et de l’artisanat, New York Now, un rendez-vous biannuel qui regroupe des représentants de plus de 80 pays.

La forte participation marocaine à ce salon international est le prolongement d’une présence tout aussi imposante à l’édition d’août 2015, signe du fait que les acteurs du secteur sont de plus en plus séduits par ce marché « prometteur » et conscients du potentiel qu’il recèle pour l’exportation de leurs produits.

Une évolution qui se concrétise déjà ces dernières années: les exportations marocaines de produits artisanaux vers les Etats-Unis ont progressé de 17 pc entre 2014 et 2015 pour s’établir à plus de 85 millions de dirhams. Depuis l’été dernier, ces exportations enregistrent une hausse soutenue de 6 pc par mois.

« De belles perspectives sont offertes pour notre artisanat sur le marché américain, un marché énorme », s’est ainsi réjouie la ministre de l’Artisanat, de l’Economie sociale et solidaire, Fatima Marouan, qui souligne toutefois la nécessité d’agir pour mieux connaître ce marché à travers une participation constante aux différents salons organisés aux Etats-Unis.

« L’objectif de notre participation à cette édition est de s’ouvrir davantage sur le marché américain. En exposant notre produit d’artisanat, il sera de mieux en mieux connu », a expliqué la ministre dans une déclaration.

Pour Mme Marouan, le produit marocain est bien placé pour convenir au goût de l’art de vivre américain grâce au savoir-faire millénaire des artisans, tout en préservant l’authenticité, la qualité et la particularité qui sont les siennes.

Elle a indiqué que ses interlocuteurs américains ont affiché, lors des séances de travail tenues en marge du salon en vue d’explorer les possibilités d’accompagner les artisans en formation, un intérêt particulier au produit marocain.

Notant que le marché intérieur représente 85 pc de la demande des produits artisanaux, Mme Marouan a estimé que les exportations marocaines restent en-deçà des ambitions bien qu’il s’agisse d’une filière en plein essor avec plus de 800 entreprises actives. L’artisanat, a-t-elle dit, a atteint un niveau élevé d’excellence qui lui permet d’être adaptée à la demande extérieure.

De son côté, le directeur de la Maison de l’artisan, Abdellah Adnani, a souligné que le marché américain est « porteur d’opportunités » pour l’artisanat marocain.

Citant une étude réalisée en 2013, M. Adnani a indiqué que le marché de la première puissance économique mondiale « offre aux entreprises marocaines d’artisanat une demande extraordinaire ».

En conséquence, « nous avons commencé à participer au Salon dans le cadre de notre stratégie de diversification des marchés », avec à la clé la mise en place de partenariats prometteurs avec des designers d’intérieur et des architectes en marge de cet événement, a-t-il dit.

Les exposants marocains ayant pris part à cette édition se sont ainsi déclarés « satisfaits » de leur participation tout en se donnant rendez-vous à la prochaine édition du Salon, prévue en août.

La directrice du magazine new-yorkais Martha Stewart Living, qui s’intéresse à la décoration et à l’art culinaire, Kate Lewis, a mis en avant l' »unique richesse » que présentent les produits marocains raffinés et à fort contenu culturel, estimant que les Etats-Unis offrent un « marché important » pour ces produits.

Dans le même ordre d’idées, Dominique Ellis, créatrice et designer en céramique, a mis l’accent sur l’originalité du produit artisanal marocain, qui « dispose de tous les atouts qui lui permettent de conquérir les marchés internationaux ».

La professeure à Parsons School of Design à New York, Danielle Walish, a pour sa part soutenu que « le Maroc est une destination attrayante qui offre un artisanat riche en créations à même de satisfaire les différents goûts ».

Le rendez-vous new-yorkais a réuni près de 500 exposants, dont une dizaine d’entreprises marocaines qui ont exposé entre autres des articles de la tapisserie, de la poterie, du tissage, du textile et du luminaire.

LNT avec Map