issam-top-chef

Styles

Issam, Top Chef Arabia 2016: « Ma victoire n’était pas le fait du hasard »

par Hassan Zaatit       | le 27 décembre 2016


La trentaine, Issam Jaâfari, jeune chef cuisinier marocain, vient de remporter, haut la main, le titre de Top Chef Arabia 2016, organisé pour la première fois par la chaine MBC1. En ce début de semaine, il était au Kenzi Tower pour une réception organisée en son honneur. Nous l’avons croisé pour trois questions.

 

La Nouvelle Tribune : Comment vous avez vécu cette expérience ?

 

Chef Issam : A vrai dire, gagner Top Chef n’était pas un fait de hasard. Loin de là. A la base, il y avait un travail de recherche et d’étude du projet dans son ensemble. J’ai pris en considération les nationalités des membres du jury, l’art culinaire de tout un chacun, ainsi que leur côté culturel. Idem pour les candidats en lice. Partant, j’ai fait en sorte de moderniser mes outils de travail et travailler sur des techniques culinaires avancées et modernes. J’ai essayé aussi de perfectionner les entrées et les présenter de la manière la plus moderne possible. Le tout m’a permis d’opter pour une stratégie d’action à la hauteur de cette compétition et à jour de toutes ces données. Car j’avais déjà participé dans compétitions gastronomiques au Maroc et ailleurs, mais celle-ci reste particulière à plus d’un titre. On était en ‘‘réalité show’’ et un travail de concentration et d’efforts psychologiques ont été nécessaires pour mener coûte que coûte à bien cette compétition. Et en plus de tout cela, je me suis basé sur l’art culinaire marocain, les saveurs du pays, les épices. Je pense que tout cela m’a permis de remporter ce titre de Top Chef 2016 et m’imposer dès le premier prime.

 

Apparemment vous avez beaucoup travaillé sur la gastronomie marocaine authentique, qu’en est-il ?

 

Il est important de rappeler que la cuisine marocaine figure parmi les premières au monde. C’est une cuisine ouverte sur entourage méditerranéen, africain et moyen-oriental. En plus de l’authenticité purement marocaine, ce mélange de cultures culinaires fait de la cuisine marocaine l’une des plus savoureuses dans le monde et la plus riche et diversifiée en recettes et en techniques de préparation. Cette particularité de la cuisine marocaine m’a beaucoup aidé pour me positionner et me distinguer au cours de tous les primes de la compétition. Ça a été une véritable valeur ajoutée pour moi.

 

Quels sont les moments forts qu’avez-vous retenu de cette édition 2106 de Top Chef Arabia ? 

 

Je pense que toute l’émission a été particulière. Nous avons vécu des moments d’émotions uniques. Il y avait de tout. Joie, tristesse, déception, bonheur, tension, regret…Bref, des moments bien particuliers. Mais, le prime déroulé en neige m’a beaucoup marqué à cause notamment de la chute des températures. Et ce fut le prime de la disqualification de mon ami Nadir qui était pour moi un soutien moral. Le prime qui a connu la participation des mères des candidats m’a aussi beaucoup marqué. A cette étape et après le départ de mon ami Nadir, j’avais en effet besoin de quelqu’un en mesure de me motiver davantage et de continuer mon chemin vers le sacre. Lors de ce prime, ma mère m’a beaucoup aidé et soutenu. Elle me disait que l’essentiel est de donner le meilleur de moi-même pour mon pays.