Présentation du FF91, le premier véhicule de production de Faraday Future, au salon CES de Las Vegas, le 3 janvier 2017 
© AFP Frederic J. BROWN

Présentation du FF91, le premier véhicule de production de Faraday Future, au salon CES de Las Vegas, le 3 janvier 2017 © AFP Frederic J. BROWN

Tech

Faraday Future dévoile son 1er modèle pour concurrencer Tesla

le 4 janvier 2017


Le nouveau constructeur automobile californien Faraday Future, qui ambitionne de rivaliser avec Tesla sur le marché des voitures électriques, a dévoilé mardi à Las Vegas son tout premier véhicule de production, le FF91, qu’il ambitionne de livrer dès l’an prochain.

« Ceci est le premier (spécimen) d’une nouvelle espèce », a affirmé le vice-président en charge de l’ingénierie, Nick Sampson, lors de la présentation, organisée avant l’ouverture du salon d’électronique grand public CES.

L’entreprise, qui compte parmi ses investisseurs le milliardaire chinois Jia Yueting, également à la tête du groupe technologique chinois LeEco, a ouvert les réservations pour cette voiture aux lignes aérodynamiques, pour laquelle il réclame pour l’instant une avance de 5.000 dollars.

Le prix final n’est pas divulgué, mais les spécifications évoquées en termes d’autonomie de la batterie, de puissance et d’accélération laissent entrevoir un véhicule plutôt orienté sur le haut de gamme.

Il promet même de faire mieux que Tesla avec la perspective de pouvoir faire 378 miles (604 kilomètres) avec une batterie pleinement chargée, selon les normes d’autonomie établies par les autorités américaines. L’entreprise d’Elon Musk avait fait miroiter seulement 315 miles avec une nouvelle batterie dévoilée cet été.

Faraday affirme également que sa voiture sera « le véhicule électrique de production le plus rapide du monde », avec la capacité d’accélérer de zéro à 100 kilomètres/heure en 2,39 secondes. Et elle intègrera les dernières technologies, avec notamment un mode semi-autonome aidant à se garer, de multiples modems pour se connecter à internet, et la capacité de personnaliser ses réglages pour chacun de ses conducteurs et occupants.

La société Faraday Future, basée à Los Angeles, a été créée en mai 2014.

Il y a un an, déjà en marge du CES de Las Vegas, elle avait présenté un « concept » de véhicule à l’allure futuriste, avec une carrosserie à mi-chemin entre voiture de course et batmobile, un aménagement intérieur inspiré des recherches de la Nasa, et une vitesse de pointe censée atteindre 320 kilomètres/heure.

L’entreprise avait affiché à l’époque l’objectif ambitieux de mettre ses premières voitures sur le marché dans un délai de deux ans, prévenant toutefois que seuls certains aspects de son prototype, notamment une partie de ses lignes futuristes, se retrouveraient dans les véhicules destinés à la commercialisation.

Faraday joue d’autant plus gros avec son premier véhicule de production qu’il y a eu beaucoup de spéculations ces derniers mois dans les médias sur des départs de dirigeants clé et des difficultés financières, susceptibles de mettre en péril la construction d’une première usine de production au Nord de Las Vegas, voire la survie de l’entreprise elle-même. Faraday Future n’a fait aucun commentaire à ce sujet mardi.

LNT avec AFP