Valider
La Nouvelle Tribune

La Nouvelle Tribune

Abonnez-vous

Offre exclusive digitale à 300 DHS

Je m'abonne
Menu La Nouvelle Tribune
Abonnez-vousRechercher
FacebookTwitter

Naviguez entre les articles de la même catégorie en balayant vers la droite ou vers la gauche

Droit de réponse de BAM 0

04/02/16 publié par SB

L’article publié au niveau de « La Nouvelle Tribune » le 3 Février 2016 sur les statistiques monétaires à fin décembre 2015 et intitulé « Hausse de 2,7% des crédits bancaires : Le bluff de Bank Al-Maghrib ! » nécessite quelques éclaircissements.

Ainsi, nous vous demandons de bien vouloir publier ce droit de réponse dans les plus brefs délais sur votre site Internet et dans la prochaine édition de l’hebdomadaire « La Nouvelle Tribune »:

1. Dans les indicateurs clés des statistiques monétaires, les sources de l’accélération du crédit bancaire en décembre 2015 sont clairement et sans aucune ambigüité indiquées. En effet, le paragraphe relatif aux évolutions mensuelles précise que « l’accroissement du crédit bancaire traduit essentiellement la hausse de 15,1% des crédits à caractère financier alloués principalement aux OPCVM autres que monétaires ». De même au niveau du commentaire des évolutions annuelles, il est précisé que « l’accélération du rythme de progression du crédit bancaire observée en décembre 2015 est attribuable d’une part, à la hausse de 20,6% après 9,9% en novembre des crédits à caractère financier et d’autre part à l’atténuation de la baisse des prêts à l’équipement de -0,8% à -0,3%. »

2. Vraisemblablement l’auteur considère que les prêts au secteur financier ne font pas partie des crédits à l’économie. A cela, Bank Al-Maghrib répond que la méthodologie d’élaboration des statistiques monétaires qu’elle adopte est conforme aux prescriptions du Manuel des statistiques monétaires et financières du FMI. Cette méthodologie intègre dans le crédit bancaire aussi bien les prêts aux secteurs non financiers, à savoir les sociétés non financières, les ménages et les administrations locales, que les concours aux sociétés financières autres que les banques et les OPCVM monétaires, qui sont de l’ordre de 111,4MMDH à fin décembre 2015 soit 14,2% du crédit bancaire. Il convient de signaler que cette méthodologie de calcul est adoptée depuis juin 2010.

3. Cela dit, et dans le cadre de sa politique de transparence, Bank Al-Maghrib met à la disposition des utilisateurs sur son site institutionnel, les séries statistiques téléchargeables relatives aux différentes ventilations du crédit bancaire (par objet économique, secteur institutionnel, secteur d’activité et par terme) pour permettre aux utilisateurs de ces informations d’interpréter correctement cet indicateur.