Valider
La Nouvelle Tribune

La Nouvelle Tribune

{blog}

Abonnez-vous

Offre exclusive digitale à 300 DHS

Je m'abonne
Menu La Nouvelle Tribune {blog}
Abonnez-vousRechercher
FacebookTwitter

Naviguez entre les articles de la même catégorie en balayant vers la droite ou vers la gauche

[Analyse] APEBI 3.0 : « Une structure qui se veut au centre de l’écosystème numérique marocain » 0

11/02/16 publié par Chroniques du futur

Lors d’un point de presse avec les membres du conseil d’administration de l’APEBI (Fédération marocaine des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring), Mme Saloua karkri Belkziz, la nouvelle présidente fraichement élue, a dévoilé le plan d’action de cette institution pour les trois prochaines années. Celui-ci est très ambitieux et c’est une très bonne nouvelle pour le Maroc de demain !


Une conjoncture favorable

Selon une récente étude de la Banque Mondiale sur l’économie numérique, il existe une très forte corrélation entre le niveau d’intégration des technologies numériques dans la société et son développement économique.

« En favorisant l’inclusion, l’efficacité et l’innovation, le digital permet aux populations pauvres et défavorisées d’accéder à un monde de possibilités auparavant hors de portée », affirme Jim Yong Kim, président de la BM.

Au Maroc, les taux de pénétration d’Internet et des téléphones mobiles sont parmi les meilleurs de la région. Grâce à un environnement favorable (population jeune friande de nouvelles technologies, investissement des opérateurs télécoms en infrastructures, volonté politique), le digital est en train de radicalement changer le tissu socio-économique de notre pays.

Profitant de cette dernière décennie de conjoncture propice à ses affaires et intérêts, l’APEBI a activement œuvré pour promouvoir le secteur numérique en travaillant étroitement avec les autorités publiques. Les plans Maroc Numeric et Émergence (offshoring) sont ainsi parmi les plus belles réalisations de ces dernières années.

 marocnumeric

De nombreux défis à relever

Mais de nombreux défis restent encore à surmonter pour faire entrer définitivement notre pays dans l’ère du digital.

Il faut éduquer et sensibiliser la population aux technologies numériques, mettre en place un cadre juridique adapté aux conditions d’utilisation de ces dernières, encourager le secteur privé à effectuer sa transformation digitale le plus tôt possible, avoir plus de services publiques en ligne, etc.

Consciente de l’urgence de mettre en place tous ces changements, l’APEBI a de nouveau travaillé étroitement avec le ministère de tutelle (Ministère de l’industrie et du commerce) pour concevoir un programme intégré qui rassemble cette fois toutes les institutions (publics, privées, associatives, etc.) autour d’un seul projet commun : Faire du Maroc une société numérique compétitive à l’échelle internationale !

apebi

La nouvelle présidente de l’APEBI, Saloua karkri Belkziz et le vice-président Aziz Daddane ont annoncé un grand projet numérique pour le Maroc !

Son plan d’action pour les trois prochaines années est à la hauteur de cet ambitieux objectif. Les membres de l’APEBI ont clairement affiché leur volonté de mettre la fédération « au centre de l’écosystème numérique marocain ».

«Federer et développer», nouveau slogan de l’APEBI

Pour se donner les moyens de son ambition, l’APEBI a donc fait jouer son vaste réseau de contacts provenant directement de ses membres. En effet, les acteurs et décideurs de nombreuses institutions et organismes opérant dans le secteur IT font aussi partie du conseil d’administration ou du bureau de l’APEBI.

2016-02-10 (3)

Ils ont donc naturellement pu conclure et signer des partenariats stratégiques avec eux, donnant à leur nouveau slogan « Fédérer et développer » tout son sens :

2016-02-10 (1)

Les différentes institutions collaborant avec l’APEBI…

Pour les 3 prochaines années, l’APEBI a défini 4 grands axes et objectifs qui utilisent directement la synergie générée par le nouvel écosystème IT mis en place :

  • Accompagner l’Etat dans le déploiement du très attendu Plan Maroc Numeric vision 2020
  • Contribuer activement à la mise en place d’un écosystème offshore encore plus performant pour rester compétitif face aux nouveaux pays concurrents
  • Donner une plus grande visibilité au savoir-faire digital marocain pour conquérir des marchés à l’export
  • Redynamiser les services aux membres de la fédération pour améliorer les opportunités d’affaires

1) Plan Maroc Numeric 2020

Ce nouveau cru du PMN pour l’horizon 2020 s’annonce particulièrement intéressant pour l’avenir socio-économique de notre pays. Même si son programme n’a pas encore été officiellement divulgué par le ministère de tutelle de My Hafid Alami, l’APEBI a pu nous en révéler quelques détails qui nous montrent une approche qui se veut en rupture constructive avec les précédents.

myhfid-alamy

Le Ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissment et de l’Économie Numérique a promis de présenter le plan Maroc Numeric 2020 avant la fin du premier trimestre 2016.

L’un des plus importants projets du PMN 2020 est certainement la réforme décisive et globale de l’administration publique.

Les services étatiques seront donc en majorité numérisés et accessibles en ligne par les citoyens. On passerait ainsi d’ une dizaine de services online aujourd’hui à plus de 50 d’ici 2020 !

Le mode de gouvernance va lui aussi connaître un important changement. Il sera doté de tout un arsenal juridique et d’outils technologiques performants et récents (solutions saas et cloud, datacenter) pour accomplir les changements nécessaires.

Autre point intéressant : Au lieu d’une profusion de projets à mener sur plusieurs fronts (risque de dispersion) le programme a plutôt privilégié une logique de focalisation forte: des projets soigneusement réfléchis et sélectionnés pour leur fort impact transformationnel du tissu socio-économique marocain.

2) Améliorer l’écosystème d’Offshoring…

Le Maroc possède des avantages comparatifs certains au niveau de l’offshoring : Proximité géographique, linguistique et culturelle, main d’œuvre qualifié et infrastructures technologiques de qualité.

C’est grâce à tous ces atouts que les plans Émergence 1 et 2 ont été de véritables succès comme en témoigne aujourd’hui le dynamisme de Casa nearshore , les quelque 60 000 emplois générés et les recettes fiscales engendrées (10 fois supérieures au montant versé en subventions des programmes).

Pour autant, selon la présidente de l’APEBI, il reste encore beaucoup d’effort à faire pour rester compétitif face à l’émergence de nouveaux pays concurrents comme certains pays de l’est (Roumanie notamment), la Turquie ou encore la Tunisie:

Les télécoms sont encore beaucoup trop chers, la main d’œuvre n’est plus aussi bon marché et les coûts de logements sur l’axe Rabat-Casa sont devenus moins attractifs.

L’APEBI compte donc mettre en place un nouveau type d’offshoring qui mettra plus l’accent sur les services à haute valeur ajoutée

2016-02-10 (4)

Un autre aspect important pour inciter les entreprises à utiliser les plateformes d’offshoring marocaines est la mise en avant d’une nouvelle réglementation qui sera spécifique aux nouveaux métiers du numérique.

Enfin, un accompagnement et des incitations financières plus agressives seront programmés pour pousser les entreprises à délocaliser ou à pratiquer des extensions de leur activité dans d’autres villes s’intégrant dans le processus de régionalisation.

Tous ces nouveaux avantages comparatifs devront bien sûr être connus des donneurs d’ordre des différents pays investisseurs. L’APEBI entamera donc aussi un véritable travail de prospection pour les présenter à ces derniers.

Un observatoire spécial de l’offshoring sera aussi mis en place pour faire de la veille stratégique sur l’environnement offshore international afin de réagir rapidement aux actions des différents concurrents et maintenir ainsi notre compétitivité.

3) Développer une expertise IT « made in morocco » à l’international

A l’échelle régionale, africaine et arabe, le Maroc fait figure de leader dans le domaine IT. Notre système monétique performant, le parc important de mobiles et smartphones ainsi que la modernité de nos infrastructures technologiques ont fait de nous un exemple souvent cité par les instances internationales.

L’APEBI veut donc capitaliser sur ces acquis pour vendre notre savoir-faire à l’étranger, et notamment en Afrique francophone, dans le cadre de la dynamique engendrée par le Roi lors de sa tournée africaine l’été dernier.

La fédération compte donc organiser son Salon IT Africa en partenariat avec l’OFEC, pour justement exposer tout notre expertise « made in Morocco » aux différents pays invités et notamment ceux des 2 groupes d’impulsion économique (avec la Côte d’ivoire et le Sénégal ) initiés par le Roi durant son voyage africain estival. Mr Daddane, vice-président de l’APEBI, est d’ailleurs président de l’un de ces GIE (celui de la Côte d’Ivoire).

4) Une fédération qui reste avant tout au service de ses membres !

L’APEBI est bien sûr avant tout une association au service de ses différentes entreprises adhérentes. Son rôle premier restera donc toujours de promouvoir le secteur IT à l’échelle nationale afin de développer le business de ses membres.

2016-02-10 (5)

2016-02-10 (6)

Une autre avancée majeure obtenue par l’APEBI auprès du gouvernement est la non discrimination de nationalité quant à la possibilité de faire partie d’un programme offshore !


C’est donc un très ambitieux programme qui attend l’APEBI pour ces 4 prochaines années. Ses membres semblent cependant être tous confiants quant à la réalisation de tous ces objectifs. Ils affirment recevoir une pleine coopération du ministère de tutelle de My Hafid Alami. Le contrat programme Maroc Numeric a été pensé, dans tous les cas, pour être déployé dans la continuité quelque soit le gouvernement et le ministre en place.

Car c’est désormais une priorité nationale que d’utiliser le numérique comme outil principal de transformation économique et sociale. L’ambition est clairement d’intégrer notre pays dans l’échiquier numérique mondial tout en contribuant à améliorer les conditions de vie de nos concitoyens.

Omar Amrani.

Suivez Chroniques du Futur sur Facebook

Voir tous les articles