Hendrik Beikircho-jardin-rouge
Culture

Arts plastiques : Jardin Rouge, un lieu d’échange et de partage culturel

le 31 décembre 2015


La fondation Montresso* s’est investie depuis 2007 dans la création et le développement d’un village d’artistes dans la région de Marrakech, qu’elle a baptisé Jardin Rouge. Avec 13 hectares entièrement repensés et restaurés, les anciens bâtiments agricoles en pisé abritent aujourd’hui les structures d’accueil et les ateliers qui permettent de recevoir les artistes sélectionnés, venus du monde entier. Jardin Rouge s’affirme ainsi comme un laboratoire de créativité où les artistes viennent développer un projet personnel. Carrefour culturel, Jardin Rouge se veut un lieu d’échange et de partage, à la fois espace de création pour les artistes et lieu de rencontres entre l’art et ses amateurs, collectionneurs, critiques venus du monde entier… Entretien avec Elise Lavigne, responsable communication du Jardin Rouge.

La Nouvelle Tribune : La fondation d’art moderne et contemporain Montresso* a créé Jardin Rouge, un lieu magique, où l’art est le maître mot. Pouvez-vous nous parler de ce projet ?

Elise Lavigne : Jardin Rouge est une résidence d’artistes dont le but est de promouvoir une création contemporaine générationnelle. Nous recevons des artistes en résidence, ils sont sélectionnés sur la base d’un projet artistique défini. Le but est de parvenir à développer son art à travers un projet, à construire une évolution cohérente par rapport à son art. Nous les promouvons auprès du monde de l’art (galeristes, critiques d’arts, maisons des ventes), de la presse et d’un réseau de collectionneurs amis de la fondation.

Pourquoi le choix d’artistes autodidactes et pourquoi le choix de l’art contemporain ?

Il est vrai que certains artistes n’ont pas eu de formation académique, comme RESO, FENX, TILT, ou Cédrix Crespel par exemple. Mais Kouka, Hendrik Beikirch ont fait les écoles des beaux-arts, Benjamin Laading a étudié à la Villa Arson, Tarek Benaoum au Scriptorium de Toulouse… Ce n’est pas pour nous un critère de choix dans la sélection des artistes et des projets.

Est-ce que vous pouvez citer quelques noms d’artistes qui sont passés par le Jardin Rouge et qui ont connu par la suite le succès ?

Jardin Rouge a pour but d’offrir un espace de création aux artistes, nous développons avec eux des projets sur le moyen/long terme. Notre objectif est de promouvoir l’artiste, de lui permettre d’avancer dans sa création. Nous ne recherchons pas le succès, ce n’est pas vraiment un terme qui fait partie de notre vocabulaire. Nous sommes très heureux du travail accompli par Fenx pour son projet « A en rougir », de l’évolution de Cédrix Crespel avec « Ainsi soient-elles », du projet « Guerriers Bantus » de Kouka, de la réussite de RESO à transposer son langage sur un autre support avec « Terrains de JE » et enfin du projet Tracing Morocco d’Hendrik Beikirch (une résidence artistique, des fresques murales dans le monde entier, un livre).

Est-ce que vous pouvez expliquer à notre lectorat le concept de la résidence ?

Nous recevons des artistes à Jardin Rouge, sélectionnés sur la base d’un projet artistique défini pour une durée d’environ un mois en général. Ils sont nourris, logés, blanchis et les frais de production du projet artistique sont pris en charge par la fondation Montresso*.

Les premières pierres ont été posées en 2007, les premiers artistes en 2009. Au départ, JLH recevait de manière très informelle les artistes.

A partir d’avril 2014, dès l’arrivée d’Estelle Guilié en tant que Directrice artistique, il y a eu une réelle programmation dans les résidences et les événements.

La Fondation Montresso* ambitionne également d’ouvrir un espace muséal en 2016, pouvez-vous nous en parler ? Est-ce que vous disposez de vos propres collections pour ce faire, ou faîtes-vous le choix d’expositions itinéraires, via des emprunts ?

La fondation Montresso* a été créée en 1981. JLH, le créateur et mécène, a commencé depuis tout jeune à collectionner de l’art. Il s’agira au sein de la fondation de proposer une sélection des œuvres de la collection Montresso*, collection privée de JLH et les meilleures oeuvres des artistes venus en résidence à Jardin Rouge. La fondation présentera des événements temporaires, des expositions monumentales notamment. Ceci dit nous préférons user le terme de présentation des travaux de fin de résidence plutôt qu’exposition car Jardin Rouge reste un lieu privé (les visites se font uniquement sur rendez-vous par contact.jardinrouge@gmail.com, dans la mesure du possible). La résidence reste un lieu privé pour préserver l’espace de création et la tranquillité des artistes.

Enfin, pourquoi le choix de Marrakech pour construire un tel projet ?

Le choix de la ville de Marrakech s’est imposé à JLH car c’est un pays qu’il aime profondément ; il y vient depuis plus de quarante ans et y vit maintenant une majeure partie de l’année, afin de conseiller et épauler les artistes dans leur projet artistique.

Un mot sur l’agenda du Jardin Rouge pour cette fin d’année ?

Pour les résidences artistiques : actuellement, l’artiste RESO Cédric Lascours est en résidence ainsi que Roxane Daumas. Cédric Lascours continue son travail de recherche de matière afin de transcrire la vie urbaine en apposant son empreinte, ses lettres sur des toiles de jutes, du métal …

Roxane Daumas travaille sur les architectures délaissées à travers des peintures à l’huile réalistes qui questionne la place de l’individu dans la mutation des espaces.

Et pour le volet événement, l’artiste Hendrik Beikirch présente le projet Tracing Morocco, en ce moment.

Hendrik Beikirch a réalisé 22 portraits de Marocains à l’encre et acrylique sur toile durant ses résidences artistiques à Jardin Rouge, Marrakech. Il a par la suite dans son tour du monde peint ces visages sur les murs de nombreuses villes ! NYC, Oslo, Rome, Toulouse…

Pour relater cette rencontre entre un artiste et un peuple, tel un hommage au travail de ces hommes et femmes, la fondation Montresso*, en collaboration avec l’artiste, a édité le livre Tracing Morocco. Il est disponible sur commande et nous travaillons actuellement sur sa diffusion au Maroc.

L’artiste Hendrik Beikirch réalisera une fresque murale de 25m à Marrakech dès la semaine prochaine.

Entretien réalisé par
Leila Ouazry